>Zone X'Press Metal Mag< : Juin 2007

>Fannzic< : Septmbre 2005

>Metal Warriors< : Juin 2005

>Les Accros du Métal< : Mai 2005

>Les Acteurs de l'Ombre< : Mars 2005

>Fanzine les Décibels< : Mars 2005

>Brutalism< : Novembre 2004

>Metal Fly> : Novembre 2004

>Six-XX< : Novembre 2004

>Transit Mag> : Novembre 2004

>Violent Solution< : Novembre 2004

>Seigneurs du Métal< : Septembre 2004

>Lords of Winter< : Septembre 2004

>La Part d'Ombre< : Septembre 2004

>RockLegends< : Bio/Chronique, 2004

 

- Zone X'Press Metal Mag - Juin 2007

Le métissage d'influences Heavy et Thrash 80' bands d'HEMORAGY est une belle richesse qui s'alignent parfaitement sur l'univers de leurs pères.
HEMORAGY signe là un maxi-CD (First Blood) que vous pouvez écouter et réécouter sans jamais vraiment vous lasser, un groupe qui a besoin de faire le plein de dates live et sur lequel vous devriez pouvoir miser sans risque car c'est du bon métal à "ancienne génération" comme on aime...!!

C.S

- Fannzic - Septembre 2005

HEMORAGY, ça déboîte ! D'entrée on se retrouve le nez dans un speed/thrash de 20 ans d'age. Ce « First Blood » arrive après une démo et le groupe allie un sens du riff et une technicité remarquables. Tout jeune puisque formé en 2002 en région parisienne, HEMORAGY revendique l'appartenance à un style musical un peu (beaucoup) débordé dans les années 90 et qui est à rapprocher d'un SLAYER pour le côté thrash et un METALLICA pour le côté speed, ajoutons du MOTORHEAD pour le chant et du OVERKILL pour certains passages plus groovy (« The Fortune Teller » me fait immanquablement penser à « Playing With Spiders / Skullkrusher » sur l'album « The Years Of Decay », la basse ne doit pas être étrangère à cette impression). Que de bonnes références et force est d'admettre que l'ambiance posée là est authentique ! J'entends par là qu'on jurerait entendre un groupe de l'époque, tant au niveau des compos qu'au niveau du son, volontairement (je pense) dans les mediums pour une bonne mise en avant des grattes. Soli et accellerations de tempo viennent faire la liaison entre les riffs tueurs même si pas forcément très originaux… mais lorsqu'il s'agit d'un style « un peu » ancien, on a toujours l'impression d'avoir tout entendu (sûrement à tort).
Pour faire plus direct, HEMORAGY, c'est bien, mais il faudrait une identité un peu plus marquée. En tout cas ce « old school » fait du bien par où il passe et il faudra voir comment évoluera le groupe dans les années (les mois ?) à venir. Un « First Blood » prometteur pour ceux qui aiment le vieux son, un bel hommage aux monstres sacrés du thrash des 80's ! Miam !

(Note : 7 / 10)
Chroniqué par Guillaume. Mise en ligne le 20 Septembre 2005 à 14:36:19

- Metal Warriors - Juin 2005

 

First Blood (pré-album). Paris 2005. 7 titres de Thrash/Heavy Metal. Tiens, un nouvo cd de Motörhead??? Ah non c Hemoragy ! Je di ça c parske le chanteur à une voix ki rapel bokou ce cher Kilmister (sans les verrues sur la tronche). Les compos sont en général mid-tempo mais kan-même assez soutenues, sa pouille bien sur scène. Hemoragy existe depuis 3 ans et ont accueilli il y a 1 mois un second grateux pour donner à leur son (très bon d'ailleurs) une dimension plus massive. Leurs influences sont à chercher du côté de Judas Priest, Black Sabbath, Motörhead. Pour ma part, je trouve kils ont une approche kazi pro dans leurs kompos bien carrées.

Valtyr

- Les Accros du Métal - Mai 2005

Bon, ces derniers temps, Cocorpse ne m'a pas trop gâté avec ses propositions de CD à chroniquer mais comme il ne faut pas lâcher le pack de bière tout ça parce qu'une canette est éventée, j'ai écouté consciencieusement First Blood et j'ai bien fait car il est bien comme annoncé sur leur site : 100 % heavy/trash.
Après une démo sortie en 2003, il s'agit du 1er véritable CD du groupe et il faut dire qu' Hemoragy balance bien la purée la dessus.
Le Trash est très speed avec des riffs très travaillés non sans rappeler à certains moments les maîtres du heavy que sont Iron Maiden comme sur « Bedsong for destruction » (je parle de la période originelle d' IM bien sur). D'ailleurs, Hannibal mets beaucoup de conviction dans son chant à tel point qu'il me rappelle parfois Paul Di Anno en particulier sur « The fortune Teller ».
Hemoragy , le titre éponyme plante ses crocs dans la gorge avec son rythme effréné. Ce morceau très court laisse penser que le groupe a du potentiel mais reste confiné dans le même créneau . Pourtant, certains titres montrent par leurs changements de tempo que le combo a de la ressource et de l'inspiration.
Ainsi « Come and see » propose 2 breaks mid tempo très cool dans ce titre rapide et The fortune teller démarre par un riff doomien.
Que dire également du dernier titre de l'album, le plus élaboré à mon sens avec une intro breakée et l'alternance de chant trash masculin avec un chant clair féminin (Basstarde ? ? ? la bassiste ?), si ce n'est que ce morceau mets en avant le potentiel du groupe en matière de composition.Chaque chanson est émaillée de supers soli de gratte bien léchés qui font plaisir à entendre à l'heure où la mode n'est plus à ça (patientez, nostalgiques dont je fais partie, la mode n'a qu'un temps et est un éternel recommencement).
La production n'est pas mauvaise sauf que je n'ai vraiment pas apprécié le son de la caisse claire et des cymbales de la batterie sans pour autant que le jeu de Barbaroja soit forcément en cause (désolé mais j'adore la cogne !)
Il manque également à ce skud un vrai titre mid tempo qui accentuerait le caractère heavy de la zike d' Hemoragy .
Pourtant il s'agit d'un bien bon CD, ce qui n'est pas si souvent le cas pour un premier essai . Ah et puis désolé pour les 4 protagonistes, mais après 35 ans de métal, je suis bien forcé de mettre des boules Quiès dans les concerts sous peine de devoir abréger ma carrière de métalleux ce qui me briserait le coeur.
Rulez Hemoragy ! ! ! !.

 

- Les Acteurs de l'Ombre - Mars 2005

 

Voici venu First Blood, le premier album auto produit, seulement un an après la sortie de la première démo des parisiens. Au moins, il y en a qui ont de l'inspiration même si quatre morceaux de leur album sont déjà présents sur la démo, à savoir : « Hemoragy », « Come and See », « Back to Death » et « Insomnia ».
Des les premières notes de guitare, on sait à quoi s'en tenir. Hemoragy donne dans le Thrash vraiment Old School des années 80. Direct, puissant, agressif, destructeur, enfin que du bon, quoi.
Le thrash old school, voire très old school est varié et pas des plus déplaisants, je dirais même agréable. Les riffs de guitare sont ultra efficaces bien qu'un peu ordinaires, les solis ont un arrière goût de Heavy, ce qui n'est pas pour nous déplaire, et sont parfaitement exécutés.
La voix rappelle à s'y méprendre un Lemmy Kilmister de Motorhead surtout sur « To kill each other » et « Bed song for destruction ». Le morceau «To Kill Each Other » est absolument excellent ! Le dialogue entre voix male et voix femelle, exécutée par la bassiste du groupe, est des plus originaux ( Fait assez rare, carrément en fait, pour être mentionné).
« The Fortune Teller », beaucoup plus posé que les autres, enfin, posé, posé, faut pas exagérer quand même. De toute façon les Parisiens s'énervent assez vite et nous balance leur Thrash old school pour notre plus grand plaisir.
Voilà un bien bel album auto-produit comme on en voudrait plus souvent. Certes cette galette est de courte durée, mais cela m'empêche que le Thrash d'Hemoragy est fort sympatoche et va encore maltraiter nos nuques qui hochettent inconsciemment. Pour les irréductibles du genre, cet opus vous fera le plus grand bien, pour les autres aussi d'ailleurs.

Belkamerav.

- Fanzine Les Decibels - Mars 2005

 

Voici un thrash métal, qui nous rappelle la grande période des années 80, HEMORAGY livre ici sa première démo fort prometteuse, les riffs particulièrement destructeurs dégagent un aspect de sauvagerie et de brutalité qui font beaucoup penser à SLAYER, EXODUS, KREATOR, escorté par une guitare soliste très inspiré par le heavy à en croire le côté mélodique que le groupe exécute dans la structure musicale bien thrashy en premier lieu. Endossé par un chant enraillé à la Lemmy Kilmister, et oui, le groupe possède des influences à la MÖTORHEAD notamment en ce qui concerne le chant et dans le jeu de basse.

HEMORAGY propose 7 titres de thrash qui se résume à un bombardier bien chargé. Voici l'une des révélations françaises en matière de thrash. A découvrir d'urgence. Label il y a urgence !!!

 

- Brutalism- Novembre 2004

A young French band that is playing thrash metal since 2002. They play it in the old days style and it aint bad at all. Maybe not original but it is done with the right guts. Fanatic melodic guitarriffing with nice leads give that real thrash sensation. Vocals are aggressive and raw in that Lemmystyle and the drums are in the heavy metal modus. For me the best parts are the guitars i this retro thrash album. Don't expect something very shocking but just an album that gets your head shaken with a beer in your hand and the other fist in the air.

- Metal Fly - Novembre 2004

Deuxième démo en même pas un an pour les français d' Hemoragy ! Ils reprennent d'ailleurs 4 titres de leur "Demo 2004" sur cette nouvelle et sanglante offrande ("Hemoragy", "Come and see", "Back to death" et "Insomnia"). Le trio parisien évolue dans un trash très old school. Ça sent bon les années 80 ! Même si les riffs ne sont pas révolutionaire , le groupe nous offre 26 minutes de trash variées et plaisantes. Aux premières notes de "Hemoragy" , on voit tout de suite que les fans de trash old school seront comblés. Tout est la comme au bon vieux temps. Au niveau du chant Hannibal a une voix qui rappelle parfois Lemmy de Motorhead ("Bed Song For Destruction" ou "To Kill Each Other") et parfois un chien enragé à l' haleine alcoholisé. Au niveau des riffs , ils sont plutôt simple mais bien organisés. Les solos sont bien exécutés (ce qui n'est pas évident sur ce type d'enregistrement). On remarquera entre autre les titres "The Fortune Teller" et ses passages plus lent que l'ensemble mais aussi les deux morceaux qui clôture ce "First Blood" , "Insomnia" et "To Kill Each Other" . Ce dernier est peut être le plus original de l'album. Il donne l'impression d'un duo entre Lemmy et la narratrice de je ne sais plus quel titre de Venom. Cette partie est assurée par la bassiste du groupe . Le titre "Insomnia", quant à lui est mon préféré du cd. Une intro interessante, des couplets entrainant , des paroles entêtantes et un bon solo sur une rythmique lente et sombre sont au menu de cette compo . On peut dire pour conclure que le groupe maitrise bien son sujet (le trash d'un autre millénaire) et à un niveau de technicité qui , sans être epoustouflant, suffit amplement à la musique qu'il pratique. Bref, une démo sympathique qui pourrait servir de sous bock chez certain (lol) . Mais au final, il faudra garder un oeil sur eux pour guetter leur premier veritable album (avec j'espère une pochette digne de ce nom cette fois ci ).

Gwen.

- Six-XX- Novembre 2004

"Quel surprenant objet que cette démo d´Hemoragy! Outre le fait que le mot n´existe pas en anglais ( ?!!! ), Hemoragy nous propose en effet avec ce premier album autoproduit, humblement intitulé "First Blood", un trash metal pur et dur, furieux, chargé, ressucitant pour nous, en l´intervalle de sept titres, l´excellent feeling perdu de ce genre, bien trop délaissé de nos jours...

Voix arrachée et hargneuse à souhait, batterie enthousiaste, implacable et dynamique, riffs saccadés et accrocheurs, solis éxécutés avec brio, audace et instinct... Fidèle au credo du style, la jeune formation française ne nous épargne rien et montre qu´elle a bien appris sa leçon auprès des géants du trash, et celà fait plutot plaisir à entendre, d´autant que l´Hexagone manque cruellement de groupes ( carrés ) évoluant dans ce domaine.

Ainsi, il n´y a presque rien à repprocher à "First Blood", du point de vue de la forme: le son est plus que correct, le nombre de compos est idéal... mais la pochette est atroce, il faut bien l´avouer! Sur le fond, et c´est bien là ce qui nous intéresse le plus, on se montrera par contre volontiers un tantinnet plus critique, même s´il n´y a pas péril en la demeure!

En effet, malgré le fait que les inévitables - et d´ailleurs bienvenues- influences de motörhead ( surtout au niveau du chant ) et de slayer soient relativement bien digérées, l´ensemble, bien que cohérent, semble encore manquer d´un je-ne-sais-quoi de puissant et de personnel... Le chant, quelque peu répétitif et omniprésent, pourra, éventuellement, en rebuter quelques-uns, mais le timbre efficace et si particulier de Hannibal saura les convaincre de ne pas juger Hemoragy plus vite qu´il ne le mérite... Un usage plus parcimonieux et stratégique mettra sans doute tout le monde d´accord la prochaine fois!

En clair, cette nouvelle offrande, faisant suite à une première démo sortie en 2003, s´avère être, en dépit de tout, une agréable surprise qui nous permettra de varier les plaisirs et de raviver pour un tant la flamme du rock´n´roll! On attend la suite!

Aelzerath

 

- Transit Mag - Novembre 2004

Voilà un groupe qui tel hibernatus a oublié quelques décennies au passage. Disons qu'au milieu des années quatre-vingt il aurait été considéré comme un groupe comme les autres, mais en 2004 voilà qui surprend plus. Venant de la région parisienne, Hemoragy distille un heavy thrash fleurant bon les vieux Slayer et consorts avec quelques cavalcades à la Maiden par-ci par-là. Bref le heavy de papy (moi en somme). On peut aborder la chose de deux manières. Soit on est un brin nostalgique et on s'amuse à l'écoute de ce CD en se remémorant les bons moments d'antan, soit on n'est pas du tout dans le trip et à ce moment on passe à côté du groupe sans lui donner sa chance. Ce serait dommage car le groupe a de bonnes idées et sans chercher l'originalité il s'en sort bien et les riffs sont bons. Mais attention tout de même à ne pas confondre nostalgie et son d'une autre époque. Un petit effort sur la production (surtout la batterie) pour donner au tout la puissance nécessaire n'aurait pas été superflu.

Indy.

- Violent Solutions - Novembre 2004

 

Ils ne chôment pas nos Parisiens, car après la « Démo 2004 » sortie en mars, voici un CD 7 titres (pré-album), qui a vu le jour en juillet. La « Démo 2004 » m'avait pas mal intéressé, même s'il faut avouer que le son était plutôt infect. Heureusement, me voilà rassuré dès les premières notes de « Hemoragy », la première chanson de ce « First blood ». Ce morceau figurait déjà sur la démo précédente, mais cette nouvelle version est bien supérieure, tout comme les trois autres qui figuraient aussi sur l'enregistrement précédent et qu'on retrouve ici : « Come and see », « Back to death » et « Insomnia ». Le Thrash du groupe est maintenant beaucoup plus aiguisé et les rythmiques directement inspirées du « Kill'em all » de METALLICA nous sautent à la gueule. Et cette fois, on entend mieux la basse de Basstarde (ou Linda si vous préférez).
En plus des quatre « vieux » morceaux, nous avons droit à trois autres titres, dans la même lignée… enfin presque… En effet, « The fortune teller » frôle les 6 minutes (les autres faisant aux alentours des 3 minutes) et est lent et plus Heavy que les autres compos… enfin, au début, car ensuite, les bonnes vieilles habitudes reprennent le dessus. Sur « To kill each other », le chant d'Hannibal (également guitariste) rappelle franchement celui de Lemmy de MOTORHEAD (sur « Bed song for destruction » aussi d'ailleurs) et Basstarde lui donne la réplique, sa voix à elle lorgnant un peu du côté de Princess Of Disease (EVOL).
Au final, je suis bien content, car HEMORAGY a maintenant un son beaucoup plus digne que celui de « Démo 2004 » et cela ne fait que confirmer le potentiel qu'on pouvait soupçonner. Les fans de Thrash old school peuvent se ruer sur ce CD sans aucun problème, même s'il est un poil trop court (26 minutes). A signaler aussi que depuis août, le trio est devenu quatuor puisqu'il y a désormais un deuxième guitariste dans le groupe. Ca risque de saigner !

Par Shaka.

- Seigneurs Du Metal - Octobre 2004

 

Et voila la plaie est réouverte et le sang coule à nouveau... Après une démo assez sympa mais desservie par un son roots, le trio de Hemoragy nous sert son heavy / trash-metal au son cette fois plus lécher avec toujours cette voix surprenante, assez dure a qualifier. C'est un mélange entre du punk, du métal, du heavy et du trash : bon c'est clair c'est pas très explicite mais bon.
On a une voix saturée vraiment bien. Coté guitare les riffs sont accrocheurs, la puissance est évoquée mais jamais mise en avant, les solos sont de bonne facture surtout celui la 2nde chanson « Come and see » qui est pour moi peut être la meilleure de l'album : c'est 3 minutes de pur plaisir. « Back to death » piste numéro 3 nous délivre un métal assez péchu. Et pour une fois dans une auto-prod la batterie est bien mise en valeur ; dommage que pour ce morceau on est quelques relents de Maiden sur certains riffs ce qui n'enlève rien à ce titre bien au contraire . Là encore le solo est vraiment sympa. Dit moi la bonne aventure !
« the fortuneteller » : l'intro est sombre, lourde, la voix sert bien cet esprit mystique 5 minutes 48 : faut meubler. Et bien pas avec Hemoragy qui taille toujours dans le lard et n'a pas peur de délivrer leur métal sans compromis.
Ca monte en douceur mais voilà, la montée qui est douce parce que après ça explose. « Bed song for destruction » est là arrêtez moi si je dis une bêtise : mais j'ai l'impression d'avoir un lemi qui s'énerve et p....n que c'est bon.
Juste un regret c'est que la double ne soit pas présente sur cet album mais bon le choix reste au compositeur ;).
Et ces solo qui ne sont pas démonstratifs servent avec brio le style de ce groupe qui n'a pas de complexe à avoir car le style est vraiment bon.
« To kill each other » dernier morceau de cette galette qui en compte 7 mérite une mention spéciale car fait exceptionnel dans ce genre musical on a une fille qui chante et vi on a droit à une voix féminine qui vient adoucir les choses ( enfin adoucir ...)
C'est quand même pas Tarja (Nightwish) et on reste dans un style trash.
Hemoragy nous prouve qu'après une démo qui est correcte on peut encore améliorer le tout et offrir un bon album. Certes un peu court mais le style veut ça. mais de très bonne facture et avec enfin des solos de guitares ( je sais, parait que ça fait ringard ). Alors pour conclure va chez ton marchand de journaux chercher bonheur. Non sérieux cet album mérite de faire partie de toute bonne discothèque digne de ce nom car une fois de plus les groupes français n'ont pas à rougir car le talent est là.

HATRE.

 

- Lords of Winter - Septembre 2004

 

5.5/6

Après nous avoir présenté sa première démo en mars 2004, Hemoragy revient très rapidement à la charge en nous présentant sa seconde démo, intitulée First Blood et enregistrée en mai dernier. Ce combo parisien pratique un Thrash Metal direct et efficace, assez classique dans sa forme, c'est-à-dire très fidèle aux premiers groupes du genre tels que Megadeth et Metallica, auquel il faut ajouter un côté un peu plus Heavy provenant de leur amour pour Motörhead. Certes, il ne faut pas s’attendre à ce que ce groupe révolutionne ce style musical, mais cela ne signifie en aucun cas qu’il faille dénigrer cette jeune formation qui ne démérite pas, loin de là. D’ailleurs il faut saluer leur démarche qui, loin de suivre les tendances actuelles, apporte même un vent de fraîcheur en renouant ainsi avec l’esprit originel du Thrash.

Premier constat dès la première écoute de cette présente réalisation : le groupe a beaucoup progressé par rapport à leur premier enregistrement. La maîtrise instrumentale est plutôt bonne, sans tomber non plus dans la démonstration technique excessive. Il est assez facile de se rendre compte des progrès du groupe dans la mesure où les quatre titres de la première démo, c'est-à-dire les titres Hemoragy, Come And See, Back To Death et Insomnia, ont été réenregistrés pour l’occasion, surpassant de loin les précédentes versions. Les franciliens ont peaufiné leurs compositions qui sont ainsi beaucoup plus directes et bien mieux exécutées qu’auparavant. Ces titres sont toujours aussi directs, avec un rythme bien soutenu. Hannibal (guitare et chant) y démontre son talent tant au niveau rythmique qu’au niveaux des soli, qui se font plus incisifs et qui sont bien intégrés aux titres.

Les nouvelles compositions montrent que Hemoragy ne va pas se contenter de suivre le même schéma sur chaque titre. En effet ce combo n’hésite pas à proposer des passages plus lents et plus lourds qui contrebalancent avec les autres plus rapides, c’est le cas notamment sur le titre Bed Song For Destruction, avec un passage plus massif sur la deuxième partie, mais également sur le titre Insomnia. A ce titre l’exemple le plus probant de cette nouveauté nous vient du titre The Fortune Teller, qui se démarque bien des autres, au rythme plus lent et avec une atmosphère plus lourde et plus rampante. En tout cas je trouve ce choix des plus bienvenu, car il démontre que ce groupe est loin de se cantonner dans un style stéréotypé.

Le chant de Hannibal, bien en place, est bien mieux maîtrisé que sur le précédent enregistrement, beaucoup plus agressif même. Sur deux titres, Bed Song For Destruction et To Kill Each Other, son chant n’est pas sans rappeler celui d’un certain Lemmy Killmister (Motörhead pour les incultes). Je complèterai le tableau en évoquant la production de cette démo qui est vraiment bonne et qui rend enfin justice à ce groupe, contrairement au premier enregistrement dont c’était le principal défaut. De ce fait tous les instruments sont audibles sur cette démo, qui fait la part belle aux guitares, sans laisser pour compte les autres instruments, même si dans l’ensemble cela manque légèrement de puissance.

Mais qu’à cela ne tienne, car cela ne gâche en rien la bonne qualité de cette démo, un peu courte, mais c’est sans doute parce que les vingt six minutes qu’elle dure passent beaucoup trop vites, étant donné que ses sept titres sont très bons. Le Thrash de Hemoragy est bien sympathique et même enthousiasmant : suffit de monter le son et l’on se prend au jeu rapidement. First Blood nous montre un groupe en pleine progression et dont le talent s’affirme de plus en plus. En tout cas cette démo est en tout point supérieure à la première, à tous points de vue, en dehors peut être de la pochette. N’hésitez donc pas à vous procurez ce First Blood, qui ravira les amateurs de Thrash old school si je puis dire. Un groupe à suivre en attendant de pied ferme le premier album !

(Asgeirr - 15/09/2004)

 

- La part d'ombre - Septembre 2004

Voici quelques mois que la jeune formation HEMORAGY nous avait présenté sa première démo quatre titres. Si l'on y voyait apparaître une certaine envie de bien faire, la maturité manquait un tantinet d'apprentissage et la production laissait franchement à désirer ! Ces quelques mois passés, voici ce trio de retour avec cette fois un album répondant au nom de "First blood" ! D'entrée l'on peut dire que l'évolution est remarquée ! Déjà par une production fort correcte issue d'un travail réalisé avec l'assos' Hybreed Corp  (connue désormais dans l'ug !) qui a donné à HEMORAGY tout le retour que ceux ci méritaient ! Ce point positif étant le point fort en ce qui concerne le changement pour cette formation, l'écoute à présent devenue limpide, c'est à pleine oreille qu'HEMORAGY nous montre son potentiel ! Nul doute que leur compositions ont subies une certaine maturité ! Pourtant seulement quelques mois séparent les deux productions et l'on pourrait se demander si c'est encore au même line up que nous avons affaire ! Justement, un nouveau membre est depuis venu renforcer les rangs ! Bref. L'heavy de jadis à depuis tailler le lard pour nous servir des accroches aujourd'hui plus thrashisées ! Dans un aspect old METALLICA, HEMORAGY nous sert autant de rythmiques accrocheuses et entraînantes qu'un jeu peaufiné et calibré. Si l'on retrouve les quatre titres utilisés précédemment sur leur démo, on prend plaisir à les redécouvrir sous un nouveau visage. Plus lisses, travaillés ces titres restant les mêmes ont pourtant gagner en maturité ! Reste à découvrir trois nouveaux titres donc. D'abord avec "The fortune teller" à l'évolution mid tempo, augmentant au long de sa progression pour nous desservir des riffs typiquement thrash 80'. Un titre bien entraînant qui laissera place à "Bed song for destruction". Assez typique au style mais plutôt bien réalisé, ce titre se voit attribué d'un solo de bonne augure, relativement mélodique. Le dernier nouveau "To kill each other" se donnera de bon coeur aussi. Rappelant avec un certain vice MOTORHEAD mais avec l'ingéniosité d'y avoir glissé des passages de chants féminins en dualité au chant dominant masculin au long de cet album, dont celui ci aura sans doute pris ses influences au pied du père Lemmy ! Un bon titre à nouveau donc qui se verra aussi attitré de solos exécutés sans défauts ! Hum ! Si cet album apporte à HEMORAGY l'essentiel mérité qui était une production plus que descente, le brouillard levé c'est à une formation jeune mais déjà expérimenté que l'on se rend compte avoir affaire ! Bien sur, l'identitaire n'est pas encore au rendez vous, mais tout ceci est fort bien fait et les adeptes du style peineront encore à boire leur bière en hochant sur les rythmiques délicatement ensanglantées d'HEMORAGY !  A surveiller d'un oeil !

- Rock Legends - Bio/Chronique, 2004

Formé en 2002, en région parisienne, le groupe Hemoragy, comme la plupart des formations, a commencé par connaître quelques évolutions dans son line up avant que la bonne configuration ne soit trouvée courant 2003…

De formation classique (pour du metal), deux guitares (dont le chanteur), une basse une batterie, Hemoragy a su aller à l’essentiel pour pratiquer du vrai Thrash Metal, comme on le pensait disparu avec l’avènement des années 2000 (voire des 90’s). Hemoragy peut également revêtir le costume de prophète du thrash… genre qui compte encore peu de représentants, surtout de qualité, dans l’hexagone.

Dans le vif du sujet : Premier album (après une première demo 4 titres sortie en 2003), First Blood comprend 7 titres brûlants, sans concession, dans la droite lignée du heavy de Metallica et du thrash de Slayer… avec quelque chose d’Iron Maiden dans le jeu (de basse notamment), mais en plus speed. Des guitares rugissantes, des riffs qui s’entrechoquent sans arrêt, une ligne de basse lourde et solide, une batterie assommante, juste derrière un chant hurleur (et parfois flegmatique).
First Blood, ce sont concrètement 7 morceaux lourds et speed, agrémentés de quelques solos emportés, du plus bel effet.

Un premier album techniquement impressionnant pour ce jeune groupe aussi apocalyptique que talentueux.

Jean Jean